Black Fire Index du Forum
Black Fire Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

2. tROis OuRs, une légende...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Black Fire Index du Forum -> Forum des B*F -> Accueil -> Tipi du RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ωεη∂igσωαк
Grand Conseil

Hors ligne

Inscrit le: 14 Juin 2011
Messages: 900
Localisation: peut être... derrière tOi ?BOUuuh !
Point(s): 386
Moyenne de points: 0,43

MessagePosté le: Mar 19 Juil 2011 - 08:42    Sujet du message: 2. tROis OuRs, une légende... Répondre en citant

S'il est vrai Que tROis OuRs coula des jours heureux au début de son existence, il n'en fut pas vraiment de meme par la suite et l'enchainement d"evenements qui suivirent le sortirent de son monde idyllique de manière somme toute assez abrupte...

Ce fut d'abord la mort brutale d'un de ses freres dont il ne sut jamais vraiment comment elle advint, mais dont il avait put saisir la cruauté en découvrant la dépouille sans tête ni pattes pres de la rivière par un frais matin de printemps. Cela faisait deja quelques mois que ses deux freres espaçaient les retours aupres de leur mère, et bien que leur sevrage eut ete achevé depuis longtemps, ils avaient constitué encore pendant de longues années, tous quatre une famille crainte et respectée à des lieues à la ronde, une légende Huronne relatait meme les exploits de l'homme-ours... tROis OuRs avait alors 15 ans mais en paraissait au moins deux fois plus, cependant la transformation qui allait s'opérer en lui était véritablement d'ordre psychologique.

Depuis quelques années il ressentait au fond de lui cette difference qui faisait de lui un etre à part, bien que cela ne lui posa aucun probleme jusqu'a ce jour, le choc de cette macabre decouverte declencha en lui une fureur telle que l'on raconte que tous les animaux se terrèrrent, inquiets, durant des jours. Il parcourut la foret avec une telle rage frénétique que meme les arbres en eurent des montées de seve acide... Lui qui d'ordinaire se complaisait à imiter toute sorte d'animaux, jusqu'aux oiseaux les plus délicats, se perdait en rugissements et en borborygmes d'outre-tombe. Durant des semaines, il ne mangea, ni ne dormit, si bien qu'en plein délire, apres avoir parcouru plus de 250 Miles, terrassé par la fatigue et l'anémie, il chuta dans un torrent et fut emporté, inconscient sur encore quelques cordées, pour finir tres mal en point et à demi noyé sur une paisible grève non loin d'un petit village CROw. Mais son calvaire ne s'arreta pas pour autant, il se poursuivait désormais en son for intérieur, son âme se trouvait maintenant à l'orée du territoire des Ombres... dejà Les vautours tournoyaient lentement tres haut au dessus de la scène, mais néanmoins n'envisageaient pas meme de s'aprocher, eux aussi connaissaient tROis OuRs ou ressentaient ce qui s'en dégageait de surnaturel.

Ce que l'Oeil ne pouvait percevoir, c'est qu'un colibri voletait bien au dessus encore des funèbres rapaces, leur intimant de ne pas intervenir à l'approche d'un jeune guerrier Crow, alerté par la danse des charognards... tROis OuRs ne courrait désormais plus aucun danger. Sur ce plan matériel tout au moins, meme si en depit des diverses fractures accumulées dans sa chute, et du coma dans lequel il était plongé, il semblait plutot tiré d'affaires, il n'en était pas de meme de son esprit Qui s'engageait lentement dans la vallée des ombres...




   
    Notre héro fut tout d'abord surprit de l'etrangeté du paysage dans lequel il avait atterrit dans un grand fracas d'ossements brisés, mais il fut plus étonné encore de l'accoutrement dont il se trouva affublé, une parrure brillant de milles éclat métalliques et dont il put constater qu'elle était faite de plumes de colibri, de la même couleur que celui qu'il avait put entr"appercevoir au moment de sa chute dans le torrent. Cette étincelante et dérisoire armure contrastait avec le lieu, qui malgré des airs de contrée desertique et aride grouillait de créatures etranges et menaçantes que l'on pouvait deviner au travers d'une sorte de brume irréelle et fantasque... ça et là se détachaient de l'épais brouillard des "ombres" plus opaques et sombres et qui planaient nonchalemment sans suivre de direction précises, une, cependant se distingua des autres et sembla venir a sa rencontre, se stoppa a quelque pas de lui et se matérialisa en un instant, laissant place à une forme humaine. Il put voir que tout comme lui, elle portait des plumes, mais il s'agissait de trois plume d'autour des marais qui etaient accrochées a la chevelure du guerrier qui le devisageait avec une grande compassion. Il semblait tenter de dire quelque mais aucun son ne sortait de sa bouche... De plus il ressentait une chaleur familière émanant de l'apparition, il se sentit un instant comme irradié par cette presence et bien qu'il ne comprit pas de suite qu'il s'agissait de son père naturel, il associa ce bien-être à celui qu'il ressentait aupres de sa mère OuRse adoptive.tROis OuRs était subjugué par l'etre dématierialisé qui tentait de communiquer avec lui, malgré tout, rompu au raisonnement, il se surprit à formuler un mode de pensée dans un dialecte qu'il n'avait jamais entendu jusqu'alors, mais qu'en quelques minutes à peine, il commençait a comprendre et a maitriser.... "tu courres un grand danger !" finit il par percevoir distinctement de la part du spectre qui s'affadissait peu à peu, "le "Desseché" te cherche, fuis mon fils, pendant qu'il est encore temps !"....

Il n'eut pas le temps d'extrapoler cette révélation, malgré le trouble qu'elle causait en lui, car un rugissement sourd et puissant se fit entendre à quelques pas devant lui, la forme de son père s'évapora presqu'aussitot ainsi que le brouillard environant et ce qu'il vit le glaçat d'effroi. Une créature démoniaque d'au moins 20 pieds de haut arrivait en courrant sur lui, escortée d'innombrable etres décharnés qui suintaient de haine et de souffrance mélée... Il se ramassa sur lui meme, et il lui fallut bien toute la force de caractère qui lui était propre pour ne pas ceder à la panique face à cette vision d'horreur. La chose monstrueuse présentait des allures de ce qui aurait pu etre un loup, quelques lambeaux de poils courraient encore sur son échine ainsi que ses coudes et par endroits la chair à nue laissait apparaitre ses cotes et des fragments d'os. Elle se stoppa net devant lui, si pres qu' il pouvait en ressentir les émanations nauséabondes, malgré qu'en ce lieu les sens des vivants ne pouvaient fonctionner. tROis OuRs la fixait intensement sans pouvoir capter son regard masqué par des yeux vitreux et glauques, il se garda bien d'esquisser le moindre mouvement car il se rendit tres vite compte qu'elle ne le voyait pas. La délicate armure de plumes le soustrayait à la vue du démon en refletant des prismes du décor. Pour autant la chose savait qu'il était là, était-ce le fameux "désséché" contre lequel l'avait mit en garde le spectre ?

De tout temps, de nombreuses légendes amérindiennes ont fait mention de cet etre aux dimensions maléfiques, le "Wendigo". Le Mort-vivant, un etre maudit, banni par le grand esprit dans les débuts de la création et qui incarne la honte et la souffrance. Totalement désocialisé, tROis OuRs n'en avait jamais entendu parler, bien entendu, seulement il avait la conviction de le reconnaitre... Pourtant le Wendigo ne sortait que rarement du territoire des ombres qu'il avait fait sien, et uniquement à la faveur de conditions cosmiques particulières, pour infliger tortures et souffrance aux hommes, il inspirait bien plus de peurs aux défunts qui peuplaient ce monde étheré et qui le nommait le desseché car il ne restait en lui pas la moindre trace d'humanité. Son apparence etait d'autant plus imposante sur ce plan dimmensionnel qu'il se nourrissait de l'âme des défunts égarés qui formaient autant de boursouflures grimaçantes dans sa chair putréfiée.

De sa large gueule aux dents acérées et immenses, wendigo sembla humer l'air en un mouvement circulaire puis émit un long feulement sinistre qui fit fuir la nuée de stryges qui l'accompagnait et contre toute attente, se laissa choir sur son séant, dans une posture grotesque, assit tel un vulgaire chien, fit mine d'attendre en fixant le sol de ses yeux vides. Opinant du chef lentement, il finit par articuler difficilement quelques mots... -"je sait que tu es là, petit d'homme... je ne sait par quel prodige tu te soustrait à ma vue, mais tot ou tard, il faudra bien que tu me laisse te voir..."




   
    Pendant ce temps, Phoenix "OuRs Ailé"(*) le jeune guerrier qui avait decouvert le corps inerte de tROis OuRs l'avait ramené à son campement et l'on s'affairait deja à lui prodiguer les premiers soins. La nouvelle s"était repandu dans les environs proches que l'on avait trouvé l'homme-ours à demi mort et l'on se pressait autour de la maison-longue ou Feu-de-pAille le vieux shAMÂn s'appliquait à insufler sa magie en avalant des braises puis en recrachant une épaisse fumée sur son visage inanimé. On le pansat, posa quelques atèles pour immobiliser ses membres brisés, on appliqua des onguent et des cataplasmes d'herbes aux provenances lointaines... lorsque fut passé l'effet de la surprise, tout le monde finit par retourner vaquer à ses occupations excepté Feu-de-pAille et Phoenix qui veillèrent tROis OuRs quatre jours et quatre longues nuits, épongeant le corps secoué de fièvres et pétri de douleur.

Le matin du cinquième jour, alors que Phoenix s'était endormi, épuisé, le shAMÂn fut prit d'une transe et guidé par un colibri passablement agité, il entrevit la réalité dans laquelle il était plongé. Reprennant alors connaissance, il secoua Phoenix,

-"va m'chercher une vipère à corne ! nous devons l'empoisonner immédiatement ! fAit vite !"
-"Mais, grand shAMAn ! tu vas l'tuer !" rétorqua Phoenix
-"Si nous voulons qu'il renaisse, il doit d'abord mourrir... mais comment ? t'es encore là !? Vite je t'ai dit !!!"

et alors Que Phoenix s'en allait en courant chargé de cette mission de la plus haute importance par le vieux sage,ce dernier se retourna vers tROis OuRs, et les yeux mi clos, murmura "decidement les mystères de la vie et de l'amour prennent racine en des lieus bien étranges parfois... Si j'te ramène ici, c'est que Wakan tAnka aura placé de grands projet sen nous, fRère... "




   
       
De l'autre "coté" le temps s'écoulait différement, et s'il jouait contre tROis OuRs, le wendigo en avait, lui, du temps, il semblait avoir l"eternité devant lui. Il observait désormais une posture qui lui donnait des airs de gargouille, il parlait le meme dialecte que le spectre rencontré précedement, en fait il parlait toutes les langues, mais il articulait péniblement et ponctuait ses phrases de claquements de dents et de grondements sinistres. Il lui narra toute l'hitoire, comment il l'avait receuillit quand ses parents furent tués, puis confié à cette famille d'ours, il y ajouta quelques mievreries à peine crédibles tant elles étaient dignes d'un roman à l'eau de rose, mais c'était un incorrigible menteur, inutile meme de preciser qu'il avait quasiment tous les vices. Il tardait à en venir au fait... mais il savait qu'il lui fallait se montrer rusé, apres tout il lui avait bien insufflé une part de lui, mais il ne savait en quelle proportions cela pouvait influencer son jugement. Il contnuait tout de meme d'humer l'Air, en fixant attentivement dans le vide, afin de percevoir encore mieux sa presence, ou le moindre signe qui la trahirait. Une "goule"(**) s'aventura un peu trop pres, mue par une impatiente curiosité, elle déborda le wendigo par sa droite, qui en un éclair, la saisit de sa puissante machoires, la coupa en deux, deglutit violement quelques lambeaux de chairs, puis lançat les deux parties de la chose encore grouillante et grimaçante à quelques metres sur laquelle la nuée de damnés atroupée en retrait se jeta et qu'elle dechiqueta en un rien de temps. Lorsqu'un calme apparent fut revenu, le Désséché poursuivit...-"Vois tu, petit d'homme, j'ai conçu de grands espoirs en te sauvant la vie cette fameuse nuit de pleine lune, et je sait que j'en aurait grand retour, tOi, tu connait les animaux mieux que personne, ils te craignent et te respecte, certains te considèrent meme comme leur maître incontesté. tOi, tu peut saisir leur conscience encore primaire, tu combattra les hommes, certes, mais lorsque le temps sera venu, je t'acceuillerait en digne fils, et tu me livrera le regne animal qui m'echappe encore... Nous feront une équipe parfaite en nous complétant..."

N'y tenant plus, tROis OuRs sortit de son mutisme, ce qui fit tressaillir Wendigo...

-"Et que leur veux tu aux animaux ? N'as tu pas assez de créatures à torturer ? D'ou te viens cet appétit si féroce que tu ne sois jamais rassasié ? Tu te trompes sur mon compte, Vermine puante, je ne suis ni le chef des animaux comme tu le prétends, ni leur porte-parole..."

-"tu ne connait pas tes capacités petit-d'homme, le pouvoir que je t'ai transmit est immense, le "Resplendissant" lui meme n'aurait pas fait mieux au cours de sa création, il s'accapare toutes les ames pures, et les animaux lui sont acquis... en me servant tu m'ouvre la porte de son Royaume."

Il se leva et poursuivit sur un ton beaucoup plus mençant :

-"Et quoiqu'il en soit tu n'as guère le choix. Tu me sers et tu regnes a mes cotés ou tu refuses et restes ici jusqu'a la fin des temps, en compagnie de mes petits protégés qui t'attendent la bas... Si tu veut m'affronter, je prefere t'avertir que tu pourrais bien finir comme ton frere, que j'ai du sacrifier pour te faire venir jusqu'ici"

à ces mots, la blessure de tROis OuRs se rouvrit, il fut prit d''un immense vertige intérieur mais se leva d'un bond, il allait se jeter sur l'odieuse créature lorsqu'il se sentit happé de l'intérieur, le vertige se transformait en douleur intense mais était sans rapport avec la colère qui le gagnait. Il apparut alors aux yeux du Désséché, toutes les plumes de son armures dressées et menaçantes. Il parvint à eructer difficilement, "je vais te tuer infecte charogne !" mais il lui en coutat tant qu'il se sentait se replier sur lui meme, sa vision se brouillait et tout basculait alentour, l'armée des damnés commençait à approcher lentement, il entendit encore la chose lui répondre "hahaha tu ne le peut ! je suis deja mort, petit animal !" Il allait sombrer lorsqu'il sentit son armure de plumes transformée en autant de fleches acérées qui fusert dans toutes les directions transperçant les démons et leur Chef en leut infligeant de graves blessure, ces fleches étaient empoisonnées d'un ecumant venin de vipere sacrée... L'horrible horde se dissipa soudain, le wendigo s'affaissa egalement sans vraiment sembler touché pour autant, il fixait tROis OuRs, interloqué...

Ce fut la dernière image que notre héro eut de ce monde, la douleur l'envahit totalement et concentra chaque molécule de son double éthéré en un point pour finir par disparaitre entièrement... Lorsqu'il rouvrit les yeux, la première image qu'il pu percevoir était celle d'un vieil homme au visage serein penché sur lui, de la fumée s'échappant de la bouche, une vipère à corne dans la main. Et Il s'évanouit de nouveau.







   
    

* ce n'est que bien plus tard qu'il acquerrira ce patronyme, au travers de combats épiques mais dans un souci de reconnaissance des personnage il est retranscrit ici comme tel.
** La goule (de l'arabe الغول al-ghûl, le « démon », la « créature », la « calamité » ) est une créature monstrueuse du folklore arabe et perse
_________________
CHASsez le NAtuRel et il revient au gAlOp, Le NAtuRel, C'est le ChAOs


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 19 Juil 2011 - 08:42    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Black Fire Index du Forum -> Forum des B*F -> Accueil -> Tipi du RP Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com